Le CEDDRE et FIDAREC à la COP22

Le CEDDRE a soutenu la COP22 (Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques) qui s’est tenu à Marrakech du 7 au 18 novembre 2016.

Le CEDDRE a été présent à Marrakech

Comme en 2015 à la COP21 à Paris, le CEDDRE s’est rendu au Maroc pour la COP22 qui a été nommé « COP de l’action ».

L’équipe du CEDDRE a présenté le concept du CEDDRE en partenariat avec FIDAREC sur le stand du Club France, dans la zone Verte.

Quelques chiffres sur les participants

  • 40 000 participants (25 000 attendus)
  • 13 000 accrédités par le Secrétariat Général de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) ce qui leur donnera accès à la zone dite bleu, géré par l’ONU .
  • 1 500 journalistes et 8 000 délégués de la société civile accueillis

Le CEDDRE Rappelle les enjeux de la COP22

La COP22 prend le relais d’une COP21 au cours de laquelle des avancées importantes ont été enregistrées. Elle s’inscrit dans l’action pour concrétiser les différents axes retenus dans l’Accord de Paris, notamment ceux qui ont trait à l’adaptation, la transparence, le transfert de technologies, l’atténuation, le renforcement des capacités et les pertes et préjudices.

Hakima El-Haite, ministre délégué à l’Environnement, en charge de la COP 22 de Marrakech, a préparé ce grand événement qui s’est déroulé dans la ville ocre.

Pour rappel, la 7ème Conférence des Parties à la Convention sur les Changements Climatiques (COP7) s’était déjà tenue à Marrakech en 2001.

Le CEDDRE souligne la démarche engagée du Maroc

Selon l’organisme indépendant Climate action tracker (CAT), le Maroc fait partie des quatre pays les plus écologiques au monde aux côtés du Costa Rica, du Bhoutan et de l’Éthiopie.

Le Maroc ambitionne de porter à 42% la contribution des énergies renouvelables à la production électrique d’ici 2020, et à 52% à l’horizon 2030.

Le Maroc comme organisateur de la Conférence des Nations Unies sur le Climat en 2016, est cohérent avec sa démarche de pays engagé dans l’écologie.

Le CEDDRE recommande les conseils de la COP22 pour des structures eco responsables

Éviter le jetable

Préférer toujours des serviettes classiques en tissu à des serviettes en papier ; des verres ou tasses en verre ou porcelaine aux gobelets et verres en plastique ; des ustensiles lavables aux jetables. Faites durer les objets que vous utilisez, car non seulement c’est plus écologique, mais aussi plus économique.

Être éco responsable au bureau

N’imprimez que si c’est nécessaire et recto-verso pour réduire l’utilisation du papier. Utilisez une fontaine d’eau au travail, ou un filtre sur l’eau du robinet si c’est possible. Triez vos déchets même au bureau. Pour la déco de votre espace de travail, quoi de plus beau et plus sain qu’une plante ?

Avant de quitter votre bureau, s’assurer-vous d’éteindre toutes les lumières et toutes les machines. Ces gestes contribueront à réduire votre propre empreinte écologique, mais aussi à inspirer vos collègues à en faire autant. Il faut donner l’exemple du comportement écoresponsable .

 

Ceddre-logo-header

Pierre Cadet
Président du CEDDRE

Sandrine Maisano
Directrice du CEDDRE

cvyuy-fidarec_logo

Alain Chatenet
Président de FIDAREC

Le CEDDRE soutient le GIEC

Le Groupe Intergouvernemental des Experts en Climat (GIEC) a été créé en 1988 par l’Organisation Météorologique Mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE).

Le GIEC est reconnu comme organe de support scientifique du secrétariat de la Convention. Depuis 1990, ce groupe publie un rapport tous les 5 ans.
Le GIEC rassemble d’éminents experts scientifiques
Les experts du GIEC sont d’éminents scientifiques sélectionnés parmi les plus reconnus au monde. Ils sont organisés en comité de lecture qui passe au crible les études scientifiques sur la question du climat pour en dégager une synthèse pertinente afin d’éclairer les décideurs.

Ils évaluent d’un point de vue scientifique, l’influence de l’Homme sur les changements climatiques, en mesurent aussi les risques et proposent des stratégies d’adaptation et d’atténuation des gaz à effet de serre.

Le GIEC a permis de mettre en avant les enjeux repris par les différentes COP (Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques) :
L’équilibre de l’écosystème de notre planète est menacé. Plusieurs études scientifiques le prouvent. Les mécanismes naturels qui font vivre la Terre et par là même toutes les espèces vivantes, sont déréglés. La planète vit un réchauffement climatique sans précédent, selon les différentes études réalisées ces 25 dernières années, notamment par le GIEC.


Le réchauffement climatique résulte de l’activité de l’Homme
Dès leur premier rapport en 1990, (intitulé First Assessment Report), les scientifiques ont démontré que les émissions résultant de l’activité humaine augmentent les concentrations des gaz à effet de serre, dont le dioxyde de carbone, le méthane et les chlorofluorocarbones (CFCs) dans l’atmosphère.

Dans son dernier rapport de 2013 (AR5 : Assessment Report 5), le GIEC précise l’impact du changement climatique sur les surfaces terrestres et océaniques, ainsi que ses conséquences directes sur la diminution de la couverture neigeuse et la perte de masse des calottes glaciaires :

  • Au cours des 10 dernières années, la calotte glaciaire au Groenland a diminué de 215 milliards de tonnes par an.
  • Depuis 1979, la surface de la banquise arctique diminue de 3,5 à 4,1% par décennie.
  • Les scientifiques prédisent des vagues de chaleur plus fréquentes
  • Les experts signalent une élévation du niveau des mers et des concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère.
  • Chacune des trois dernières décennies a été plus chaude que la précédente, et plus chaude que toutes les décennies antérieures.

Ainsi, l’année écoulée a été la plus chaude jamais enregistrée.

« Les vagues de chaleur vont probablement se produire plus fréquemment et durer plus longtemps. Avec le réchauffement de la Terre, nous nous attendons à voir les régions actuellement humides recevoir davantage de précipitations et les régions sèches en recevoir moins », prévient l’AR5.

Le nouveau rapport du GIEC a été présenté en 2018. Ce sixième rapport est plus particulièrement dédié aux conséquences d’un réchauffement planétaire supérieur à 1,5 °C par rapport aux périodes pré-industrielles.

 

Le CEDDRE soutient la COP22 au Maroc

logo-cop22

La COP22 (Conférence des Parties de la Convention-Cadre des Nations Unies sur les changements climatiques) se tiendra à Marrakech au Maroc du 7 au 18 novembre 2016.

Les enjeux :

La COP22 prendra le relais d’une COP21 au cours de laquelle des avancées importantes ont été enregistrées. Elle devra s’inscrire dans l’action pour concrétiser les différents axes retenus dans l’Accord de Paris, notamment ceux qui ont trait à l’adaptation, la transparence, le transfert de technologies, l’atténuation, le renforcement des capacités et les pertes et préjudices.
Pour Hakima El-Haite, ministre délégué à l’Environnement, en charge de ce grand événement qui se déroulera dans la ville ocre : « Si Lima fut la COP des négociations, Paris, celle des décisions », la COP22 sera la Conférence de l’action ».
Pour rappel, la 7ème Conférence des Parties à la Convention sur les Changements Climatiques (COP7) s’était déjà tenue à Marrakech en 2001.


 

Quelques chiffres :

  • 25 000 à 30 000 participants sont attendus
  • 13 000 seront accrédités par le Secrétariat Général de la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) ce qui leur donnera accès à la zone dite bleu, géré par l’ONU.
  • 1 500 journalistes et 8 000 délégués de la société civile seront accueillis.

Une démarche engagée du Maroc :

Selon l’organisme indépendant Climate Action Tracker (CAT), le Maroc fait partie des quatre pays les plus écologiques au monde aux côtés du Costa Rica, du Bhoutan et de l’Éthiopie.

Le Maroc ambitionne de porter à 42% la contribution des énergies renouvelables à la production électrique d’ici 2020, et à 52% à l’horizon 2030.

Pour le CEDDRE, le Maroc comme organisateur de la Conférence des Nations Unies sur le Climat en 2016 est cohérent avec sa démarche de pays engagé dans l’écologie.

Le CEDDRE répondra présent :

Vous retrouverez prochainement toutes les informations utiles pour rencontrer notre équipe sur place, dans un emplacement dédié.


 

En attendant ce grand événement, le CEDDRE recommande les conseils de la COP22 pour des structures eco responsables :

Éviter le jetable

Préférer toujours des serviettes classiques en tissu à des serviettes en papier ; des verres ou tasses en verre ou porcelaine aux gobelets et verres en plastique ; des ustensiles lavables aux jetables. Faites durer les objets que vous utilisez, car non seulement c’est plus écologique, mais aussi plus économique.

Être éco responsable au bureau

N’imprimez que si c’est nécessaire et recto-verso pour réduire l’utilisation du papier. Utilisez une fontaine d’eau au travail, ou un filtre sur l’eau du robinet si c’est possible. Triez vos déchets même au bureau. Pour la déco de votre espace de travail, quoi de plus beau et plus sain qu’une plante ?

Avant de quitter votre bureau, s’assurer-vous d’éteindre toutes les lumières et toutes les machines. Ces gestes contribueront à réduire votre propre empreinte écologique, mais aussi à inspirer vos collègues à en faire autant. Il faut donner l’exemple du comportement écoresponsable.